Aller au contenu principal

Vivre sous le corona-virus – Jour 1

mars 17, 2020

C’est parti pour quelques jours, semaines de confinement. Vivre sous le corona virus, plutôt qu’avec le corona virus, car pour l’instant nous ne semblons pas l’avoir côtoyé.

Nos 2 garçons sont à la maison depuis lundi, mon conjoint depuis jeudi car 2 malades ont été déclarés dans l’usine où il travaille. Quant à moi, j’ai fermé l’entreprise lundi à 13 heures et depuis je fais du télétravail.

A  la maison on s’organise, les boys essaient de se connecter à leur école numérique avec plus ou moins de chance (que définit on comme la chance d’ailleurs?). Ils se sont essayés à la confection de masques et assurent le broyat des branches fraîchement taillées des fruitiers du verger. Oui nous vivons à la campagne, et nous avons un très grand terrain ce qui nous permet de nous aérer sans rencontrer personne, enfin si nos poules, l’âne et le cheval nain.

covid 19 occuper les enfants confinement

Ce matin j’ai reçu le livre écrit par ma copine chanteuse et auteure Léna Devigny « Si on chantait. Je suis d’autant plus contente que j’ai envie de lire des romans et que j’en ai fini un hier. merci la Poste de continuer à nous délivrer messages et paquets alors que nous sommes en confinement.
Le printemps éclot au jardin et après avoir passé ma journée à répondre aux emails de nos clients et enregistrer les commandes, je me suis offert une petite marche rapide. 4,6 km en 40 minutes.

vivre sous le corona virus balade en conscience

40 minutes sous le soleil du printemps. J’avais un peu chaud avec mon blouson de ski, quelle drôle d’idée.

40 minutes plutôt silencieuses, peu de chants d’oiseaux. Je n’ai rencontré qu’une voiture et un gars à vélo, nous nous sommes salués.

40 minutes chargées d’odeurs, celle entêtante de la terre encore gorgée de toute l’eau qui l’a inondée durant des semaines. Celle plus subtile des prunus en fleurs ou des prunètes.

40 minutes rythmées par le mouvement de mes jambes et de mes bras qui se sont naturellement mis au diapason de mes pas. Avez-vous déjà senti la fraîche résistance de l’herbe toute neuve et toute verte sous vos pas? C’est une sensation toute simple et comme revivifiante.

Sincèrement ce n’était que 40 petites minutes mais pour se sentir bien vivante.

Prenez soin de vous.

 

2 commentaires leave one →
  1. mars 18, 2020 11:09

    Bon courage Vero ! Ici nous ne sommes pas (encore) confines. je crois que les Anglais ne réalisent pas bien les enjeux… Mais les écoles se vident peu à peu de leur staff et de leurs élèves. Les rues sont plus calmes. Et les français ne s’embrassent plus et se parlent de loin ! Une étrange sensation de distance. Gros bisous a toute la petite famille.

    • mars 18, 2020 12:43

      merci Alice, oui c’est une drôle d’ambiance…pour le coup je me retrouve avec plus de travail que normalement….gageons que ce confinement aide à combattre efficacement le virus!! bises masquées 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :